mardi 31 juillet 2012

La critique de THE DARK KNIGHT RISES **


Sortie : 25 juillet 2012
De : Christopher Nolan
Avec : Christian Bale, Tom Hardy, Anne Hathaway, Gary Oldman, Joseph Gordon-Levitt, Marion Cotillard, Michael Caine, Morgan Freeman, Juno Temple, Matthew Modine, Cillian Murphy…

Huit ans après la mort d’Harvey Dent dont il s’est attribué tous les crimes, Bruce Wayne décide de revêtir de nouveau ses habits de chauve-souris. L’arrivée de Bane, terroriste masqué, réveille le désir de justice de Batman.

Ça y est, on y est. C’est la fin de Batman. En même temps, vu le résultat, il fallait peut être mieux. La déception et la colère sont sans doute à la hauteur de l’attente. Certes, il était impossible de dépasser voire même d’égaler The Dark Knight mais comment pardonner à Christopher Nolan tant d’incohérences ? En se disant que c’est certainement la faute aux studios, frileux à l’idée de produire un film dont la durée aurait été trop décourageante. Résultat : malgré 2h45 plutôt sympathiques (ça reste quand même un bon divertissement), on s’étonne à la sortie de la salle du nombre d’absurdités observées.

LES PLUS

Christian Bale ne se fait pas piquer la vedette. Si on lui préférait le Joker dans The Dark Knight, c’est notre homme chauve-souris qui est le véritable héros dans ce dernier opus dont le titre ne trompe pas. Il faut dire que Bane n’a pas le charisme de notre psychopathe favori. Mais si Bale se révèle moins transparent qu’avant, c’est aussi et surtout grâce au reste du casting qui le met en valeur. Michael Caine est extrêmement touchant dans la peau d’Alfred, majordome de Bruce Wayne mais surtout père de substitution qui refuse de voir l’enfant qu’il a élevé courir à sa perte. Mais étonnement notre personnage préféré est Selina Kyle. Les photos d’Anne Hathaway dans la peau de Catwoman, charmante voleuse plus individualiste que réellement méchante, laissaient craindre le pire mais l’actrice s’en sort admirablement. Anne Hathaway apporte un peu d’humour et de fraicheur à un film à la prévisibilité affligeante ! Un autre bon point : on a échappé à la 3D. Hallelujah ! Rien que pour ça : merci Christopher Nolan ! Sinon les effets spéciaux ne souffrent d’aucun raté. En même temps, c’était le minimum.

LES MOINS

Bane réussit là où le Joker a échoué : faire sombrer Gotham dans le chaos. Mais ça s’arrêtera là. Malgré sa carrure très impressionnante, Tom Hardy n’a pas le centième de la psychologie de Heath Ledger. L’acteur britannique ne développe pas le fond préférant la forme : celle d’un terroriste baraqué qu’un simple coup de fusil à pompe aurait suffi à faire taire (heureusement Catwoman s’en chargera, Batman étant ridiculement anti arme à feu).
Nouveau record pour Marion Cotillard : elle détruit le peu de crédibilité qu’elle avait en moins d’une seconde. Jusqu’ici, elle n’avait jamais vraiment brillé par son talent à Hollywood (cesse de persister Marion !) mais Miranda Tate est certainement le rôle le plus atroce de sa carrière. L’actrice parvient tout de même à rendre plus mauvais le film qu’il ne l’est en nous interprétant la pire mort de l'histoire du cinéma. Déjà que le film pâtissait d’une intrigue incohérente et attendue, Marion Cotillard l’achève tout bonnement. Et dire que Nolan a reculé les dates de tournage pour elle !

Petite liste non exhaustive d’incohérences :
-Après 8 ans de dépression terré dans son manoir, Bruce Wayne fait preuve d’un humour et d’une envie de vivre en moins de deux minutes top chrono. Il a juste suffi que Fox (Morgan Freeman) lui montre de gros joujoux qui font du bruit.
-Mais c’est qui ce Bane ? Si les interrogations entourant les origines du Joker étaient tout à fait justifiées permettant d’étoffer le mystère du personnage, ce ne l’est pas pour le méchant de ce nouvel épisode. Et puis comment sait-il que Batman et Bruce Wayne ne sont qu’une seule et même personne ? Même le commissaire Gordon ne l’a pas encore compris après trois volets.
-Bruce Wayne défie les lois de la nature et parvient d’un coup de main à remettre son genou en place après huit ans de souffrance. Pareil pour sa vertèbre déplacée puis replacée en trois secondes par son gentil gardien de prison. Normal !
-Bruce Wayne atterrit dans une mystérieuse prison dans un pays inconnu où ses « tortionnaires » le laissent s’échapper sans dire un mot. Puis il retourne dans un Gotham impénétrable et perd du temps à réaliser son bat logo format géant, et en feu, pendant qu’une bombe nucléaire est sur le point d’exploser. WTF !

The Dark Knight Rises, c’est un peu un The Dark Knight au rabais mâtiné de Batman Begins. Ça déçoit mais ça amuse beaucoup aussi. En tout cas merci Marion Cotillard pour cette scène aussi abominable qu’hilarante. La salle a bien ri.


7 commentaires:

Guillaume ORTEGA a dit…

J'ai enfin trouvé un avis qui va dans mon sens.
Comment certains osent dire que certains acteurs de ce film méritent un oscar, comment dire que c'est le meilleur des trois ?

Je pense qu'outre le fait que le film est mal scénarisé et qu'il comporte des incohérences, le pire, est de loin, est le jeu des acteurs.

Bale imitant un infirme avec une telle passivité que certains acteurs de nanar ont à coté 1000 fois plus d’enthousiasme (Cuneyt Arkin), Bane qui tiens les bretelles de son marcel pendant tout le film (et dieu qu'il est long ce film).
Et surtout une standing ovation pour Marion Cotillard (ou Marion Corbillard) qui annihile à elle seule le film.

J'ai vu le moment où je sortait de la salle et j'aurai du vu la fin qui en fera sauter plus d'un sur son siège avec des scènes du genre : Salut (clin d'oeil), je suis (clin d'oeil) "LE" Batman (clin d'oeil clin d'oeil).

Un film dispensable donc mais qui n'est pas non plus hyper honteux mais vous voila prévenu.

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Guillaume ORTEGA a dit…

En même temps, l'excuse que le cinéma ne représente pas la réalité, elle est facile, dés qu'on fait une incohérence, HOP on fait une pirouette en disant que c'est pas la réalité.
Le plus important à mes yeux, c'est cohérence à l'univers et ici, on est dans les clous, Bane n'est pas comme dans les comics mais il est cohérent.

Mais quand on voit que seul Joseph Gordon-Levitt et Anne Hathaway sortent un minimum leur épingle du jeu, les autres allant du correct ou très médiocre, on peut pas prétendre à un très bon film, je me demande même si les producteurs n'en n'ont pas fait carrément LEUR film.

Moi je suis extrêmement déçu, grâce au film the Dark Knight, j'ai eu envie de lire d'excellents comics avec Batman comme Year one ou Dark Knight Return et là, ça m'a coupé le sifflet.

Babou :) a dit…

Hélas, je suis un peu moins sévère mais je ne peux qu'être globalement d'accord. Le film souffre d'invraisemblances et de raccourcis qui m'ont aussi gâché le plaisir, même si dans l'ensemble j'en retire plus de positif.

Autre élément déplaisant non cité ici, la toute fin en Italie,
attention spoilers inside inutile et surtout en désaccord avec l'esprit sombre de Nolan jusqu'alors, qui aurait dû (selon moi) aller jusqu'au bout de son idée. L'échec était inéluctable dans The Dark Knight, la mort aurait dû l'être dans The Dark Knight Rises.

Cinéman a dit…

Ah ! Je ne peux lire votre critique sans me permettre un commentaire.
Même si j'ai trouvé le film très réussi dans son ensemble, je lui ai trouvé aussi - comme vous - plusieurs défauts : un twist final qui tombe comme un cheveu sur la soupe, un montage un peu chaotique qui, par des ellipses ou des raccourcis gênants, prive le film de la tension dramatique ou de l'émotion qu'il aurait pu dégager mais qui malheureusement lui manquent, surtout dans un final par trop expéditif.
Cependant, le scénario est irréprochable, dénouement idéal de l'histoire de Bruce Wayne, conclusion parfaite de la trilogie : Nolan boucle la boucle avec brio, et une fin qui, au contraire de ce que l'on peut croire de prime abord, est parfaitement dans la note réaliste de l'univers créé par Nolan.
Les acteurs sont tous excellents, sauf peut-être Michael Caine qui en fait un peu trop à mon goût : la pomme de discorde avec Bruce n'est pas très vraisemblable, c'est une erreur de psychologie !
Hardy est parfait, alors même que son masque le prive du jeu buccal qu'avait su manier Ledger : son regard et sa voix donnent à Bane une intensité et une présence terrifiantes.
Je n'ai pas noté, contrairement à vous, d'incohérences - à la limite quelques facilités scénaristiques.
Pour répondre à vos remarques :
1) l'humour - je dirais plutôt l'ironie - que manie Bruce est le même qu'il manie à la soirée de Miranda Tate ou encore avec Sélina Kyle : c'est encore et toujours le milliardaire excentrique qui parle. Ce n'est qu'une légèreté de façade. Bruce a pris l'habitude d'un tel masque, cela fait de longues années qu'il joue la comédie, c'est même devenu une seconde nature chez lui ! Loin d'avoir envie de vivre, il a plutôt envie de mourir : il se jette tout droit dans la gueule du loup. C'est d'ailleurs ce que craignait Alfred.
2) Les origines de Bane sont justement ce qui donne de l'épaisseur au personnage. Bane sait que Batman = Bruce parce que quelqu'un le lui a dit bien sûr (je ne veux pas spoiler, vous comprendrez je pense)
3) Ok pour le genou qui se remet en place en 2 secondes, c'est un peu gros : néanmoins, ce qu'explique le film, c'est que ce collier est une sorte "d'exosquelette" qui lui permet d'utiliser son genou. Cela ne signifie d'ailleurs pas qu'il n'en souffre plus. Concernant la vertèbre déplacée, il n'y a pas d'incohérence, le problème est que l'exil de Bruce dure plusieurs mois mais est rendu à l'écran en quelques scènes seulement, c'est cela qui vous a donné cette impression : erreur de montage selon moi
4) Bane est certain que Bruce ne s'échappera jamais de cette prison. De plus, les tortionnaires dont vous parlez ne semblent pas vraiment être les amis de Bane, car sinon pourquoi ce dernier les laisserait-il moisir dans ce trou plutôt que de les enrôler dans sa bande ? Gotham est impénétrable, sauf pour Batman, non ? Batman n'est pas n'importe qui tout de même. A quoi sert le bat-logo sinon à réveiller l'âme de Gotham pour que ses habitants reprennent espoir et que ses ennemis tremblent à nouveau ?
5) vous devriez revoir le film, pour vous laisser porter un peu plus par l'histoire... j'étais mitigé à la première vision, j'ai beaucoup plus apprécié la seconde.
Ma critique est ici : http://entre-deux-films.over-blog.com/article-the-dark-knight-rises-ma-critique-du-film-108650443.html
Une petite analyse personnelle de la fin de la trilogie Nolan : http://entre-deux-films.over-blog.com/article-le-batman-demasque-explications-et-reflexions-sur-la-fin-de-the-dark-knight-rises-108715524.html
Au plaisir de vous lire et de vous voir sur mon blog.

Vincent V a dit…

Excellent papier avec lequel je suis entièrement d'accord. Heureusement qu'Anne Hathaway apporte un peu de légèreté et d'humour. Quant à Marion Cotillard, on a bien ri et la scène va devenir culte, mais pas sur que ce soit volontaire... Sinon la musique assourdissante est insupportable.

wildgunslinger a dit…

Un peu réducteur tout ça mais je comprends cette analyse. Maintenant, il faut à mon sens se rappeler que Nolan propose quand même des blockbusters un peu au-dessus de la moyenne à mon sens.